Utilisateur:Frédéric Mahé

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bonjour, je suis biologiste de formation, plus particulièrement intéressé par l'évolution.
Dans ce cadre, j'ai entrepris d'importer dans wikisource les œuvres de Lamarck, de Darwin et de Wallace.
J'utilise le travail de numérisation effectué par le CNRS avant de m'attaquer aux publications non-disponibles en format texte.

Sur un autre plan, j'ai entrepris de numériser, par recopie, la version des Princes de Serendip disponible sur Gallica. L'impression, et donc les images, sont de très mauvaises qualité. Je dois donc passer par une recopie du texte. Le livre contient également un autre conte : l'Histoire du prince Soly également en cours de transcription.
À terme, wikisource disposera donc de deux textes uniques, n'ayant pas été publiés depuis plus de deux siècles.

J'espère ensuite avoir le temps de numériser le Voyage en Égypte et en Nubie de Giovanni Batista Belzoni, traduit de l'anglais et accompagné de notes par Georges Bernard Depping (1784-1853).
Frédéric Mahé 23 février 2006 à 10:27 (UTC)

Je souhaite créér un portail regroupant des textes scientifiques :

Démonstration touchant le mouvement de la lumière trouvé par M. Römer de l'Académie Royale des Sciences.

Il y a long-temps que les Philoſophes ſont en peine de décider par quelque expérience, ſi l'action de la lumière ſe porte dans un inſtant à quelque diſtance que ce ſoit, ou ſi elle demande du temps. Mr Römer de l'Académie Royale des Sciences s'eſt aviſé d'un moyen tiré des obſervations du premier ſatellite de Jupiter, par lequel il démontre que pour une diſtance d'environ 3000 lieuës, telle qu'eſt à peu prés la grandeur du diamètre de la terre, la lumière n'a pas beſoin d'une ſeconde de temps.

Soit A le Soleil, B Jupiter, C le premier Satellite qui entre dans l'ombre de Jupiter pour en sortir en D, & ſoit EFGHKL la Terre, placée à diverſes diſtances de Jupiter.

Or ſuppoſé que la terre eſtant en L vers la ſeconde Quadrature de Jupiter, ait veu le premier Satellite, lors de ſon émerſion ou sortie de l'ombre en D ; & qu'en ſuite environ 42 heures & demie après, ſçavoir aprés une révolution de ce Satellite, la terre se trouvant en K, le voye de retour en D : il eſt manifeſte que ſi la lumière demande du temps pour traverser l'intervalle LK, le Satellite ſera veu plus tard de retour en D, qu'il n'auroit eſté ſi la terre eſtoit demeurée en K, de ſorte que la révolution de ce Satellite, ainsi obſervée par les Émerſions, ſera retardée d'autant de temps que la lumière en aura employé à paſſer de L en K, & qu'au contraire dans l'autre Quadrature FG, où la terre en s'approchant, va au devant de la lumière, les révolutions des Immerſions paroiſtront autant accourcies, que celles des Émerſions avoient paru alongées. Et parce qu'en 42 heures & demy, que le Satellite employe à peu prés à faire chaque révolution, la diſtance entre la Terre & Jupiter dans l'un & l'autre Quadrature varie tout au moins de 210 diamètres de la Terre, il s'enſuit que ſi pour la valeur de chaque diamètre de la Terre, il faloit une ſeconde de temps, la lumière employeroit 3 ½ min pour chacun des intervalles GF, KL, ce qui cauſeroit une différence de prés d'un demy quart d'heure entre deux révolutions du premier Satellite, dont l'une auroit eſté obſervée en FG, & l'autre en KL, au lieu qu'on n'y remarque aucune différence ſenſible.

Il ne s'enſuit pas pourtant que la lumière ne demande aucun temps : car après avoir examiné la choſe de plus prés, il a trouvé que ce qui n'étoit pas ſenſible en deux révolutions, devenoit très-conſidérable à l'égard de pluſieurs priſes enſemble, & que par exemple 40 révolutions obſervées du coſté F, eſtoient ſenſiblement plus courtes, que 40 autres obſervées de l'autre côté en quelque endroit du Zodiaque que Jupiter ſe ſoit rencontré ; & ce à raison de 22 pour tout l'intervalle HE, qui eſt le double de celuy qu'il y a d'icy au ſoleil.

La neceſſité de cette nouvelle Équation du retardement de la lumière, eſt établie par toutes les obſervations qui ont eſté faites à l'Académie Royale, & à l'Obſervatoire depuis 8 ans, & nouvellement elle a eſté confirmée par l'Émerſion du premier Satellite obſervée à Paris le 9 Novembre dernier à 5 h 35' 45" du ſoir, 10 minutes plus tard qu'on ne l'eût deû attendre, en la déduiſant de celles qui avoient eſté obſervées au mois d'Aouſt, lors que la terre eſtoit beaucoup plus proche de Jupiter ; ce que Mr Römer avoit prédit à l'Académie dés le commencement de Septembre.

Mais pour oſter tout lieu de douter que cette inégalité ſoit cauſée par le retardement de la lumière, il démontre qu'elle ne peut venir d'aucune excentricité, ou une cauſe de celles qu'on apporte ordinairement, pour expliquer les irrégularitez de la Lune & des autres Planètes : bien que néanmoins il ſe ſoit aperceu que le premier Satellite de Jupiter eſtoit excentrique, & que d'ailleurs ſes révolutions eſtoient avancées ou retardées à meſure que Jupiter s'approchoit ou s'éloignoit du ſoleil, & même que les révolutions du premier Mobile eſtoient inégales ; ſans toutesfois que ces trois dernières cauſes d'inégalité empêchent que la première ne ſoit manifeſte.