Vers l’oubli (Grégoire Le Roy)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Parnasse de la Jeune BelgiqueLéon Vanier, éditeur (p. 190).


Vers l’Oubli


Que de barques déjà, — car mon cœur est très vieux, —
S’ennuyant de la côte, au loin s’en sont allées !…
Que d’ailes, et si loin ! de la grève envolées !…
Ma vie est seule et triste ainsi qu’un soir d’adieux.

Oh ! Regarder parfois là-bas, d’où l’on arrive…
C’est si doux cette fuite et cet éloignement
Sans rames et sans rhythme, et porté seulement
Sur du temps et du rêve !… Oh ! vivre à la dérive !
 
Être pour l’oublier comme un beau soir d’été
Impassible et voilé. La vie : un clair de lune…
Et, puisque l’espérance au calme est importune,
Se souvenir très vaguement d’avoir été…