Vie de Napoléon/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par Henri Martineau, Le Livre du divan (Napoléon. Tome Ip. 170-171).


CHAPITRE XLV


Treize ans et demi de succès firent d’Alexandre le Grand une espèce de fou. Un bonheur exactement de la même durée produisit la même folie chez Napoléon. La seule différence, c’est que le héros macédonien eut le bonheur de mourir. Quelle gloire n’eût pas laissée Napoléon comme conquérant, s’il eût rencontré un boulet, le soir de la bataille de la Moskowa !

L’Angleterre et ses écrits pouvaient empêcher la folie du héros moderne. Il eut le malheur d’être trop bien obéi dans sa fureur contre la presse anglaise. Aujourd’hui c’est cette ennemie si abhorrée qui fait sa seule consolation.

En 1808, par les changements qu’un orgueil non contrarié depuis huit ans et la couronnomanie avaient produite dans le génie de Napoléon, il arriva que, de ses douze ministres, huit au moins étaient des gens médiocres qui n’avaient d’autre mérite que de se tuer de travail.

Le duc de Bassano qui jouissait de la plus grande influence dans les affaires autres que militaires, homme aimable et doux dans un salon, était, dans le cabinet, de la plus incurable médiocrité. Non seulement il n’avait pas de grandes visées, mais il ne les comprenait pas. Tout se rapetissait en passant par cette tête. Il avait tout juste les talents d’un journaliste, métier par lequel il avait débuté à Paris. Il est vrai que sa place l’obligeait à être nuit et jour avec le maître. Un homme à caractère eût été offensé des accès d’humeur et des impatiences de l’empereur et, quelque courtisan qu’il eût été, sa physionomie eût gêné le monarque.

Le duc de Bassano choisit tous les préfets de France et ne leur demanda d’autre talent que de plumer la poule sans la faire crier. Les malheureux, pleins de vanité, se tuant de travail, et mangeant tous leurs appointements dans une représentation folle, tremblaient chaque matin, en ouvrant le Moniteur, d’y trouver leur destitution. Un de leurs principaux moyens de plaire, était d’anéantir jusqu’à la dernière étincelle d’esprit public qui s’appelait alors comme aujourd’hui, du jacobinisme.