Vie de saint George

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Texte établi par Victor LuzarcheImprimerie de J. Bouserez (p. T-29).

VIE

DE SAINT GEORGE

PAR MAÎTRE WACE

TROUVÈRE DU xiie SIÈCLE


TEXTE INÉDIT

PUBLIÉ PAR VICTOR LUZARCHE

_______

TOURS

IMPRIMERIE DE J. BOUSEREZ
______

MDCCCLVIII



Maître Wace occupe un rang trop éminent parmi les fondateurs de notre poésie nationale pour que la moindre pièce inédite sortie de sa plume ne soit pas recueillie avec le plus grand empressement. Dans l’Introduction du drame d’Adam, publié en 1854, nous avons analysé et attribué à Wace une Vie de saint George, en vers de huit syllabes, dont nous annoncions la prochaine publication. C’est cette composition que nous imprimons ici pour la première fois.

Le monde savant doit à l’abbé Lebeuf la plus ancienne mention du poëme du trouvère normand, en l’honneur du patron de l’Angleterre[1]. L’assertion du docte écrivain se trouve confirmée de tous points par ce que nous savons d’une rédaction de la même légende due au poëte allemand du xiiie siècle Reinbot von Durne, qui déclare avoir traduit l’œuvre d’un trouvère français nommé Richard. C’est à M. le professeur François Pfeiffer, le savant bibliothécaire de Stuttgart, que nous sommes redevable de ce dernier renseignement.

Quant à ce prénom de Richard ajouté au nom de Wace que quelques critiques ne veulent point admettre, parce que, disent-ils, deux noms de baptême ne peuvent se trouver réunis, des titres normands et anglais du xiie et du xiiie siècle en fournissent plus d’un exemple, et une charte de Guillaume, évêque de Coutances, extraite du cartulaire de l’abbaye de Saint-Sauveur-le-Vicomte et citée par l’abbé de la Rue[2] nous apprend que, en 1120, un Richard Wace, prêtre du même diocèse, avait reconnu une rente établie sur un fonds de l’île de Gersey. Cette charte nous paraît d’autant plus applicable à la personne de notre trouvère que l’île de Gersey était son lieu de naissance et relevait du diocèse de Coutances.

On connaissait déjà de maître Wace une Vie de saint Nicolas, publiée pour la première fois par M. Monmerqué, pour la société des bibliophiles français, et de nouveau, en 1850, par les soins du docteur Nic. Delius[3]. Ces sortes de légendes rimées étaient récitées à l’intérieur et même à l’extérieur des églises, aux jours de fêtes solennelles, devant des auditeurs prévenus à l’avance, comme cela se pratiquerait aujourd’hui pour un prédicateur en renom, qu’une telle lecture serait faite en tel lieu et à telle heure, ainsi que le prouvent les quatre premiers vers de la Vie de saint George :


Bel gent, qui venuz este ensemble

Oïr le bien, si, com moi semble,
Le bien vous sui ci venuz dire,
Et de saint Jorge le martyre.


Nous n’avons fait tirer que cinquante exemplaires de cette publication, que nous réimprimerons à la suite d’un autre poëme de Wace, la Vie de la Vierge Marie, déjà publié sous le nom de l’Établissement de la fête de la Conception Notre-Dame[4], dont nous préparons une nouvelle édition, d’après le manuscrit de Tours.


v. l.


15 février 1858.




INCIPIT

VITA BEATI GEORGII MILITIS

__________________




Bel gent, qui venuz este ensemble
Oïr le bien, si com moi semble,
Le bien vos sui ci venuz dire,
Et de saint Jorge le martyre
Haus hom fu de noble lignage,
Simples, pitos et sans oltrage ;
De bones mors, de sainte vie
Et trop pros en chevalerie.
Uns enpereres Daciens,
Qui haet Deu et crestiens,
Contre nostre lei estriveit,
Quant li bon sains Jorge viveit.

Sil Daciens, en tote guise,
Voleit destruire sainte iglise ;
Vers Jesu-Crist vost faire la guerre :
Si manda les gens de sa terre,
Ses barons fist venir à sei,
Por nos destruire et notre lei

En la cité de Melitaine
Vindrent tos, mult fu de gent plaine.
Daciens li fels, li plains d’ire,
Dist à tos seaus de son enpire :
« Se nus crestien puist tenir
A greve mort le ferai morir ;
Escorchier li ferai la teste,
Traire les iaus à grant moleste.
Les autres menbres ferai pendre,
O ardre, o torner en cendre. »

Tos séaus qui torment savoient,
Et qui gent tormenté avoient
Fist venir à soi et conduire,
Por tos les crestiens destruire.

As os perceier fist glaives faire
Et tenailles por les dens traire,
Et rasors por le cuir des chiefs
Escorchier, fist tormenz et griefs ;
Por la char frire et les boeles,
Fist faire à grant planté paeles ;
Por les cors desronpre et destraire,
Fist une roé trenchant faire :
De grief torment ot mainte forge
En Militaine, au tenz saint Jorge.

En Capadosse ert à estage
Sains Jorge entre son lignage.
D’ileuc se mut par verité
En Militaine la cité.
Là aporta mult grant aver.
Et vost la covine saver
Del parlement qui deveit estre
Devant l’enperéor le maistre.
Mult se merveila des genz foles
Qui aoréent les idoles,

Des ymages faiséent festes
Et lor sacrifiéent bestes,
Et Deu despriseent nostre pere
Et sa tant gloriose mere.
Li sains tot son aveir dona
Por Deu qui li guerredona ;
Dreit à l’enperéor s’entoche
Sains Jorge, si li dist de boche :
« Rien ne te dot, crestien sui,
La merci-Deu, bastiés sui,
Ne n’aim tes ymages, ne crei
Mais Jesu-Crist, mon Deu, mon rei.
Mult ont déable deçéu
Qui es ymages ont créu ;
Aveugles sont, mués et sordes ;
Quanque tu creis ne sont que bordes.
Je crei Deu et pri qu’il m’ament,
Qui conpassa le firmament,
Qui fist mer et terre comune
Et steles et soleil et lune ;

Qui vost en la virge descendre
Marie, por nostre char prendre.

A ces paroles s’est dreciés
Vers lui Daciens corrociés.
« Jorge, dist-il mais, car me crei,
Fais que sage, guerpis ta lei,
Ce tu vues tere et aveir,
Dignité et puissance aveir.
Après mei auras seignorie
Et mon regne en ta baillie. »
Sains Jorge dist : « Fos enpereres,
Tes dignités sont mult ameres.
Ta puissance n’est pas estable,
Ains est vaine et escolorjable. »
« Jorge, ta biauté m’esmuet
Duel aurai, se morir t’estuet. »
Li sains dist : « N’aies duel de moi,
Aince de ta vie et de toi.
Daciens, ton aage deplore,
Perdus es, nés fus de pute ore. »

Lors dist li fels : « So est la pure,
Briement moras ; ge le te jure
Par mes deus, qui sont en mon reine,
Agaba, Rache et Apoloine ;
Essample auront mes gens par tei
De mort, si tendront miaus ma lei.
Verrai se ti deus te delivre
De mes mains et te fera vivre

Par les cheviaus et par la gorje,
Il fist alors trainer saint Jorge ;
En la roé le fist-il metre
Dont nos parle sa vis la letre.
La roe esteit de fer et dure,
Trenchant partot à desmesure ;
Broches i ot de fer agues
Et serres forment esmolues ;
Enmi avoit glaives dreciés
Dunt saint Jorge fu mult bleciés ;
Tot le destrencherent les sies,
De son cors firent dix parties.

Daciens comença à rire,
Quant il vit du saint le martire.
Mors fu sains Jorge sans respit ;
Le fels li cria en despit :
« Jorge, bien es por fol tenus ;
O est ti deus ? qu’est devenus ? »
Deus fist ici, por son martir,
La terre moveir et partir.
Signe fist que il vost dessendre,
Por à son martir la vie rendre.
Au leu vint Jesu-Crist sans dote,
Aces i ot angles en sa rote,
Ensemble fist les pieces estre
Del cors et seigna de sa destre,
Si com tesmoigne nostre livre ;
Lors fist Deus saint Jorge revivre.
Li sains hom s’ecria forment :
« Daciens, ou sont ti torment ?
Tes grieves peines et tes manasses ?
Je ne pris rien, quanque tu fasses. »


Le fels d’ire par poi ne crieve,
Se que il veit forment li grieve.
Sains Jorge s’enclot sens raison
Ches une feme, en sa maison ;
Li sains à la veve demande
Del pain ou de quelque viande.
Ains la povre li dist : « Sains Jorge,
Je n’ai pain de forment ne d’orge. »
« Cui creis, dist il, » el dist : « Ge crei
Apolin, cui ge creire dei »
« Feme, s’en Jesu-Crist créusses,
Pain et autre bien éusses. »
Il esgardent, si virent mise
Près déaus table, à lor devise ;
Chargée virent la dicte table
De la viande esperitable
Que li Angele orent aportée.
La dame fu reconfortée,
Puis dist : « Sire, je sui dolente
De mon fis qui perd sa jovente ;

Sors est et mus et ne veit gote
Et contrais des deus pars sans dote ;
Se tu le féices aler,
Oïr et véir et parler,
En ton Deu sui preste de creire
Et Deu bien servir sans retreire. »
Li Sains à Deu ses mains tendi
Et son anfant sain li rendi.

Quant se sot Daciens, si mande
A sa gent et le Saint demande :
« Jorge, par quel art, par quel guiles
Decès-tu les gens de mes viles ?
Sil dist : « Deus a en tot puissance,
Se que il viaut fait sans dotance. »
« Jorge, se dist lors Daciens,
Vaut donc ti Deus miaus que li miens. »
Li Sains dist : « Li miens fist le monde
Et siel et tere et mer parfonde.
Ti Deus est sors et ne se muet,
Ne veir ne parler ne puet.

Va caus, se dist li enpereres,
XIIII sieges fist mes peres
D’arbres viaus qui, encore aperent
Conques, nul jor, fruit ne porterent,
Face ti Deus que arbres seient
Li siege, et fruit et foiles aient.
Se ti Deus puet tel chose faire,
Merveilos est, mult te deit plaire. »
« Daciens, quant tu ne l’crées,
Dreis est que sa puissance vées. »
De ce pria li sains sans dote
Deu, qui sa volenté fist tote.
Arbres furent li sieges tuit
Et porterent foiles et fruit.
Plusors qui ses miracles virent,
A Deu gloire et léenges firent.
Tot ce ne prisa une peire
Daciens, ne rien ne vost creire.
Lors dist que li sains par déable
Ovreit, o par art decevable.

Riant li prie et amoneste
Ses deus servir et faire feste.
Sains Jorge dist : « Sacrefier
M’estuet à tes deus ; fai crier
Que ta gent vieigne et là voie. »
Lors fist Daciens mult grant joie
Bien cuida que vencu l’éust,
Tot seit que son cuer ne séust.
Tot maintenant, sans faire autr’euvre,
Sains Jorge vait, la maison euvre
Où seles ymages estéent
Que li mescreant aoueréent,
Apolin, Rache, Agaba ;
Mult les honi, mult les gaba.
Apolin fist à soi venir,
Sil ne s’osa contretenir ;
Aincès issi fors de s’ymage,
Tos forcenés et plains de rage.
Li sains dist, en apert sans close :
« Es-tu Deu de chaitive chose !

Porquei ont en tei si grant fiance ?
Qui es-tu ? que est ta puiçance ? »
Apolin dist : « Déable sui,
Qui fai à mains omes ennui ;
Les ymages fais aourer,
Et Deu del ciel desonorer. »

Lors fu sains Jorge corossiés,
En terre fiert un de ses piés ;
Ele fendi contr’aval tote,
Jusqu’en abisme fut derote.
Lors prist et quassa les ymages ;
Tot de se ne fist-il que sages.
Lors fist Apolin le déable
Trabucher en leu péreillable,
Aval l’enclost, et enserra
Et en l’abisme l’enterra.
Li fels d’ire par poi ne creve,
De ce qu’il veit forment li greve.
Daciens, de ces deus li menbra ;
Li saint prist, tot le desmenbra ;

Tos les menbres et les boeles
Comanda boilir en paeles.
Por boilir le cuida destraindre ;
Mais Deu li fist le feu estaindre,
Par un angle qu’il envoia.
Onc sains Jorge ne s’esmaia,
De la paele fors sailli,
L’aige boilant, le feu failli.
Uns angeles dist : « N’aies paor
Tu as vencu l’enperéor :
Deus qui la victoire te done
T’a fait au ciel faire corone. »

Alexandrie la raine
Vit la grant puissance devine ;
Maintenant crut en Deu sans dote,
En Jesus-Crist mist s’amor tote ;
Tantost geta, sans nule areste
La corone jus de sa teste
Et devesti sa réal robe,
Dont soloit estre cointe et noble.

Vers Dacien s’en est venue
Et dist : « A Deu me sui rendue,
En bon Deu en cui Jorge creit
Qui tot fist, tot seit et tot veit. »
Daciens forment lors s’escrie :
« Hai ! raine Alexandrie,
Par son barat t’a esméue
Jorge, et t’a forment decéue ;
Lairas-tu ton regne et ta sale
Et morras de mort greve et male ? »
Si ele respont sinplement
Et si li a dit humlement :
« Por Deu, mon seignor et mon maistre,
Voil-je morir, ne puet autre estre,
De s’amor ne puet decevrer,
Nul tant puisse mon cors grever. »

Daciens plore et mult s’esmaie,
Mult la prie, mult la sosplaie :
« Oh ! doce raine, que ferai ?
Coment morrir te sofferai ?

Porquei desconfortes mon regne
Et moi tu fais mult male peine ?
Vos-tu plus la mort que richesse,
Plus que corone et que hautesse ? »
S’ele respont tot maintenant
Et si li dist son avenant :
« La corone veut pardurable,
S’este d’éci n’est pas estable ;
N’en ferai plus, bien veus que muire
Por Deu ; or pues mon cors destruire »

Daciens ne vost plus atendre,
Par les tresses haut la fist pendre ;
Le cors qu’il ot jadis tant chier
Fist tot desronpre et detrenchier.
Quan qu’ele sofreit tel martire,
Vers le saint se torne et sospire
Et dist : « Sire priès por moi
Jesum, ton Deu, en cui je croi.
Je veus aveir le saint babtesme
Del saint esperit et del cresme. »

L’une et l’autre main a tendue
Li sains vers Deu et si s’argue :
Deu prie que il, par sa grace,
Aige del ciel venir li face.
Lors li vint tantost une nue
Qui ot assez aige tenue.
Li sains i prist de la rosée,
La dame en a tote arosée.
Lors baptisa la dame sainte,
Si fist-il autre dame mainte.
Mener la fist, à grant vilté,
Daciens fors de la sité
Et comanda que fust ocise,
Si com ele ert en sa chemise.
Ains que fust ocise ni morte,
Li Sains docement la conforte
Et mult très debonairement
Et li dist si faitierement :
« Aiès bon cuer et rien ne dote,
Damne-Dé est o tei sans dote. »

Del cors prist Daciens venjance,
Trespercier la fist d’une lance ;
L’arme en ala tot à delivre
O ciel, o pardurable vivre.
La chose atant ne laissa mie
Daciens pleins de felonie,
En son siege s’ala séoir
Et vost le saint à ce oir.

Avant li dist : « Alexandrie
A jà por tei perdue la vie,
Vacau, qui tant de mal enbraces,
Une chose pri que tu faces.
Là fors a une sepulture
Qui est vieile et ancor dure,
Mors jà nul ne puet saveir
Qui sont ni quans i puet aveir.
Pri jà ton Deu que il les face
Revivre, si que face à face
Les puissom tuit veir ensemble.
S’il se puet faire bien me semble

Que tu l’en dès plus chier tenir. »
Sains Jorge qui vost maintenir
Les biens qu’il aveit porposé,
Devant le tirant a osé
Comander tost aler querre
Tos les os et traire de terre.
Sans plus dire et sans plus parler
Fist Daciens à ces os aler.
Il alerent grant aléure :
Quant vindrent à la sepulture,
Il ne porent pas les os prendre,
Tuit estéent torné en sendre.
Ensenble la sendre aporterent
Et devant le saint la poserent.
Li sains s’agenoille en la place,
Deu pria que miracle face.
Mult pitosement vers les nues
Ses mains jointes a estendues,
Et dist : « Deus, qui tot conpassas
Et d’enfer les portes brisas ;

Sire, qui tot as en demaine
Tos ces mors en vie remaine. »
Ains que eust sa priere dite,
La vois de Deu, saint Esperite :
« Jorge, tot se que tu vodras
Demander, por veir tu auras. »
Deu oï saint Jorge à delivre,
Tos les mors fist lever et vivre ;
Si com par Esme est devisé,
Que ome que feme sont prisé
cc et xxxv, sans dote,
Tel fu des revescuz la rote.
Jobel avoit nom li uns d’iaus
Qui fu paiens et puis fu saus.
Li sains li dist mult bonement ;
« Amis, di moi certainement,
Et de l’dire pas ne t’enuit,
Combien a que mors fustes tuit ? »
S’il dist : « cc ans a passés
Que mors fumes et plus assés. »

Li sains dist : « Quel lei aorées
En dementré que vivées ? »
Jobel dist : « Apolin sans faille ;
Mais tel deus ne vaut une paille.
Por ce avons soffert grant peine
Et torment grant en fernal regne.
Del feu d’infer fors nos getas,
Quant tu si nos recossitas ;
Or te prions comunement,
Batise nos hastivement.
Qu’il ne nos covieigne raler
Et au feu d’infer ravaler. »
Ileuc n’ot aige apareillée
Qui fust ni doce ni salée.
Li sains fist en la terre crois,
Donc saili fontaine à grant frois ;
Lors les batia, si les fist liés ;
Lavé furent de lor pechés.
Li sains lor dist : Ains que je aille,
En paradis irès sans faille.

Congé lor dona, cil s’enmurent
Que onques puis véu ne furent.
Cil qui les miracles aperceurent
En Jesu-Crist, notre Deu, crurent
Et dirent tuit, por la provance,
« Li Deu de Jorge a grant puissance. »

Daciens d’ire à poi ne crieve,
Se que il veit forment li grieve.
D’angoisse brisa sa sainture,
Pasmé chaï à terre dure,
Ileuques brait et forment crie :
« Tot est ma hautesse perie.
Jorge a fait ma gent renéer
Por son Deu, se ne puis néer.
Destruit a mes deus et ma loi ;
Or l’estuet morrir sans delloi.
Ou le cors me destrencherai,
Ou ardeir en un feu ferai,
Tormenté en mainte manière,
Si son cors avant et arière.

Bien a vii ans et plus, se croi,
Que onques n’ot paor de moi.
Grant mal m’a fait, au cuer me toche,
Un frain li metrai en la boche.
De ma cité, de ma muraille
Hors il sera trainé sans faille.
Là vueil-ge qu’il perde la vie
Où fu ocise Alexandrie. »
La boche au saint fist enfrener
Daciens et es chans mener.
Bien vot morrir et mot li tarde ;
Pitosement la gent regarde
Qui après lui esteit venue ;
Docement en Deu la salue.
Tos siaus qu’il vit dolens estre,
Si les seigna de sa main destre.
Lors dist à ciaus qui le teneient
Et qui décoler le deveient :
« Biau seignors, un poi demorer
Me laicès à mon Deu orer. »


Li sains umlement s’agenoille,
De ses lermes sa face moille,
Au ciel tent ses mains simplement,
Sa prière fist saintement :
« Jesu-Crist, res esperitables,
En dis et en fais es estables,
Qui por nos à mort te livras
Et les pechéors delivras,
Quant en la crois te sofrois pendre
Et ton saint sanc laissas espandre,
Por tos siaus te pri qui t’aorent
Et qui por tei, sire, m’enorent.
Tos siaus qui vendront en m’église
A moi faire enor et servise,
Defens les de mort subiteine
Et de peril et de grant peine.
Sire Des, ma préere est diste,
En tes mains rens mon esperite. »
Une vois del ciel dessendi
Qui li dist et il entendi :

« Jorge, Jorge, bonéurés !
De m’amor es açéurés.
Vien t’en à moi, desoremais
Ne vueil qu’en cest mont sées mais. »

Sains Jorge ne vost plus atendre,
Ains comença son cors estendre,
Ses mains joinst sur sa peitréine,
Vers les sergens son chief encline
Que tantost le chief li trencherent,
Conques de rien ne l’sparaignerent.
Li Angle Deu l’arme saisirent,
A grant joie, quant il la virent ;
Lié furent, docement chanterent,
Véant tos, au ciel la porterent :
Grant joie en est et fu jadis
De saint Jorge en Paradis.

La mort saint Jorge aves oïe
Dignement et sa sainte vie ;
Et Des vos doint santé et joie
Et de vos préeres vos oie,

Et vos doint fenir en bon point
A tos vos vies, et vos doint
Et sens et bien à grant planté,
Et de bien faire volenté,
Cui secla per omnia
Est honor, Virtus, Gloria.


fin
  1. Recherches sur les plus anciennes traductions en langue française, par l’abbé Lebeuf. Mémoires de l’Académie des Inscriptions, t. xvii, p. 731.
  2. De la Rue. Essais historiques sur les Bardes, les Jongleurs et les Trouvères, t. ii, p. 147.
  3. Maistre Wace’s St. Nicholas herausgegeben von dor Nicolaus Delius. Bonn. 1850. In-8°.
  4. L’Établissement de la fête de la Conception Notre-Dame dite la fête aux Normands, par Wace, publié par MM. G. Mancel et G.-S. Trebutien. Caen, 1842. In-8°.