Vieux Pots

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gil Blas, 7 janvier 1883
Guy de Maupassant
Chroniques (alpha-chrono)


Vieux Pots

Vieux pots[1]


Le baron Davillier, qui vient de mourir, a été, pour ainsi dire, le Christophe Colomb des faïences hispano-mauresques ; non qu’il en ait découvert l’existence, mais il en a, je crois, découvert et révélé la beauté.

Après avoir fouillé l’Espagne et trouvé de précieux échantillons de cette fabrication jusque-là peu appréciée, il communiqua son enthousiasme au monde extasié des amateurs artistes.

On appelle amateurs artistes des gens au sens délicat qui se. pâment devant des morceaux de terre cuite souvent fort laids, uniquement parce que leur laideur est rare, des gens qui savent apprécier d’un coup d’œil la valeur extrême et conventionnelle d’un pot cassé et qui préféreront une antiquaille grotesque aux plus beaux objets modernes. Car l’antiquité sévit d’une façon odieuse et révoltante. Tout bourgeois ayant gagné dix mille francs de rentes dans l’industrie encombre sa salle à manger de ces affreuses assiettes normandes, peinturlurées ignoblement qu’on vend maintenant au prix de la vaisselle plate, et il montre avec orgueil aux invités des vases ébréchés et ridicules achetés fort cher et valant, en vérité, fort peu.

On confond aujourd’hui complètement la rareté et la beauté, et il suffit qu’un bibelot soit difficile à trouver pour qu’il atteigne des prix de courtisane. Les gens qualifiés « connaisseurs » sont assurément ceux à qui les qualités de beauté des choses échappent le plus ; ils ne s’attachent qu’à l’introuvabilité, et leur savoir consiste à déterminer immédiatement la provenance et l’époque.

Ils s’indignent et vous traitent d’imbécile quand on proclame tranquillement hideux des objets qui valent cent mille francs. D’autres connaisseurs, des artistes ceux-là, et le baron Davillier était du nombre, s’attachent à découvrir la beauté secrète, la beauté particulière, incompréhensible pour les lourdauds, des menus objets exquis égarés dans la foule banale des bibelots qualifiés de curiosités.

Ces vases hispano-mauresques dont la splendeur l’avait ravi pourraient être exposés devant le public qui passe par les rues sans que personne tournât la tête ; car il faut un flair de race pour saisir le charme de ces poteries qu’on dirait vernies avec du soleil.


Les faïences et les porcelaines ont une histoire comme les peuples. Elles ont même un Dieu que chanta Louis Bouilhet.


Il est en Chine un petit Dieu bizarre,  ::Dieu sans pagode et qu’on appelle Pu. ::J’ai pris son nom dans un livre assez rare,  ::Qui le dit frais, souriant et trapu.


Il a son peuple au long des poteries,  ::Et règne en paix sur ces magots poupins,  ::Qui vont cueillant des pivoines fleuries ::Aux buissons bleus des paysages peints. ::…………………. ::Petit Dieu Pu, Dieu de la porcelaine ::J’ai sur ma table, afin d’être joyeux ::Lorsque décembre a neigé dans la plaine,  ::Un pot de Chine aux dessins merveilleux. ::………………….


Foule à tes pieds et s’il te plaît écrase ::Mes plats d’argile et mes grès rabougris,  ::Mais de tout choc garde aux flancs de mon vase ::La glu d’émail où le soleil s’est pris.


La Chine est la patrie de la porcelaine. Sait-on à quelle époque elle en commença la fabrication ? Les vases brillants de ce pays étrange qui semble avoir tout connu en des temps où notre pensée même ne remonte pas, pénétrèrent seulement en Europe dans le premier tiers du seizième siècle.

Il ne faut pas oublier d’abord que, pendant les époques qui suivirent les invasions, le secret de la fabrication des faïences fut perdu.

C’est en Espagne que recommença cette industrie rapportée par les Maures. Les Arabes en firent autant en Sicile, et créèrent d’admirables vases d’un goût oriental dont l’émail, entièrement bleu, est couvert d’ornements vermiculés, à reflets d’or et de cuivre, d’un éclat surprenant. La pâte en est presque toujours plus blanche et plus serrée que celle des faïences hispano-mauresques.

Puis l’expédition des Pisans contre Majorque fit connaître à l’Italie la céramique mauresque ; et cette nation excella bientôt dans cette artistique industrie.

La France fut l’élève de l’Italie, et nous voyons les fabriques s’établir du Midi vers le Nord : Moustiers, Marseille, Avignon, Nevers et Rouen — Rouen qui porta l’art céramique français à sa pureté la plus extrême. La pâte rouennaise n’est point la plus fine qu’on puisse voir ; le grain en est un peu gros, et la transparence reste parfois insuffisante. Mais les belles faïences de ce pays demeurent sans égales au monde par l’émail, le coloris éclatant, et surtout par l’ornementation d’un goût absolument parfait et d’un effet merveilleux.

Il ne faut pas confondre les plats de vieux Rouen, des trois époques distinctes mais également belles où excella cette manufacture, avec les effroyables faïences de toute laideur que les Parisiens achètent chaque année à prix d’or dans la campagne et dans les villes normandes.

C’est à Henri IV que revient l’honneur d’avoir organisé les premiers établissements faïenciers, à Paris, à Nevers, et en Saintonge, la patrie de Bernard Palissy.

Sèvres mit la France au premier rang pour la production des porcelaines.

Quoi de plus délicieux, en effet, qu’un bibelot de Sèvres, du vieux sèvres, bien entendu, de cette inimitable pâte tendre dont le secret est oublié ? Quoi de plus charmant et de plus délicat que ce bleu pâle qui ne change pas aux lampes, ce bleu de mer, encadrant les fins paysages pleins d’oiseaux éclatants comme des fleurs, perchés sur des arbres coquets qui abritent des bergers courtisant des bergères. Art exquis, maniéré, faux et délicieux, fait pour tromper et séduire, art efféminé de l’époque adorable où peignaient Watteau et Boucher.

Sèvres naquit dans les jupons d’une femme qui s’appelait la Pompadour.

Louis XV avait acheté cette fabrique et il la faisait exploiter sans se préoccuper curieusement des résultats quand sa maîtresse, séduite par des échantillons qu’elle en vit, décida le roi à y faire de grandes dépenses.

Elle prit dès lors l’établissement sous sa protection, le surveilla, le soutint, s’en occupa sans cesse ; et sous son inspiration de jolie femme, reine des élégances, la manufacture devint le merveilleux atelier d’où sortit cette porcelaine d’Amour qui semble faite pour les boudoirs.

Puisse M. Grévy prendre une maîtresse qui décide une nouvelle renaissance de cet établissement national. Les vases de Sèvres d’aujourd’hui, d’un bleu violet abominable, sont bons tout au plus à offrir au roi Malikoko, à la reine de Madagascar, au shah de Perse, aux princes nègres que veut séduire M. de Brazza.

On les emploie, du reste, principalement en gratifications offertes aux fonctionnaires et employés du gouvernement, qui font un nez, comme on dit, quand on leur apporte un objet coté cinq cents francs, et qui ne ferait pas mal dans les boutiques à tourniquets des foires.


Sèvres eut une rivale redoutable, une rivale souvent heureuse, dans la célèbre manufacture de Meissen en Saxe, mère des incomparables bonbonnières, carrées ou rondes, qui portent sur leur couvercle ces paysages aux tons violets si invraisemblablement fins, ces merveilles de couleur unie, où des arbres déliés avoisinent de fluettes maisons dont le toit lance une imperceptible fumée grise sur un ciel couleur de lait.


Notes d’édition[modifier]

  1. La fin de cette chronique, ici supprimée, reproduit l’avant-dernière et la dernière partie du texte Les Cadeaux, publié, dans Le Gaulois, le 7 janvier 1881.