Wikisource:Extraits/2018/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Émile Deschamps, Livret de Roméo et Juliette, symphonie dramatique avec chœurs, solos de chant, et prologue en récitatif harmonique, dédiée à Nicolo Paganini, et composée d’après la tragédie de Shakespeare, par Hector Berlioz. 1839


Roméo et Juliette.

I.

INTRODUCTION INSTRUMENTALE.


(Combats. — Tumulte. — Intervention du Prince.)


premier prologue. — petit chœur.




Récitatif harmonique.


        D’anciennes haines endormies
        Ont surgi, comme de l’enfer ;
Capulets, Montagus, deux maisons ennemies,
        Dans Vérone ont croisé le fer.
        Pourtant, de ces sanglans désordres
        Le prince a réprimé le cours,
En menaçant de mort ceux qui, malgré ses ordres,
Aux justices du glaive auraient encor recours.

Dans ces instans de calme une fête est donnée
        Par le vieux chef des Capulets.
Le jeune Roméo, plaignant sa destinée,
Vient tristement errer à l’entour du palais ;
Car il aime d’amour Juliette… la fille
        Des ennemis de sa famille !…
Le bruit des instruments, les chants mélodieux
        Partent des salons où l’or brille,
Excitant et la danse et les éclats joyeux. —
Poussé par un désir que nul péril n’arrête,
Roméo, sous le masque, ose entrer dans la fête,
Parler à Juliette… et voilà que du bal
Ils savourent tous deux l’enivrement fatal.
Tybalt, l’ardent neveu de Capulet, s’apprête
À frapper Roméo que tant d’amour trahit,
Quand le vieillard, touché de la grâce et de l’âge
Du jeune Montagu, s’oppose à cet outrage
Et désarme Tybalt, qui, farouche, obéit,
        Et sort, en frémissant de rage,
        Le front plus sombre que la nuit.





La fête est terminée, et quand tout bruit expire,
        Sous les arcades on entend
Les danseurs fatigués s’éloigner en chantant ;
        Hélas ! et Roméo soupire,
Car il a dû quitter Juliette ! — Soudain,
Pour respirer encor cet air qu’elle respire,
        Il franchit les murs du

lire la suite