Wikisource:Extraits/2021/25

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Jean d’Douai, Eun’mère à sin tiot, poésie en patois douaisien. dans Le Monument de Marceline Desbordes-Valmore

1896



Eun’ mère à sin tiot :


Min tiot, mets vite t’bell’ maronne,
Tes fins sorlets, tin neu capiau ;
Joyeuse à no cloquer bourdonne,
Aujourd’hui chacun drot s’fair’ biau !
Ches vint’s-d’osier sont tous in fiête ;
Dins ches masons chacun est prêt
Pour admirer chell’ feimm’ poète
Dont ch’bronz’ nous fait vir el’ portrait.

De ch’gardin d’ù chacun ll’acclame,
Un vot sin tot sans s’déringer :
All’ restot dins l’ru’ Noter-Dame,
A l’mason d’Crinchon ch’boulinger.
Sin nom ?… All’ s’app’lot Marceline
Desbord’s-Valmore… et te l’connos,
Car te t’rappell’s bin, j’imagine,
Ches poési’s qu’te nous dijos
Tous les soirs in rintrant de l’classe :
Chacun s’taijot pour t’acouter
Et gramèr’ n’étot jamais lasse
De t’les intind’ bin réciter.

Te ris !… J’vos bin qu’te t’in rappelles,
Car t’écrivos d’sus tin cahier
Ches biaux vers qu’un cit’ comm’ modéles :
L’Oreiller, l’Menteur, l’Écolier !
Et ch’n’est point tout ! Sans gramint d’peinne
J’pourros t’raconter jusqu’à d’main
Les récits d’no brav’ douaisienne :
Niein a pus d’un gros liv’ tout plein !

lire la suite