L’Auberge de l’Ange Gardien

La bibliothèque libre.
 
Aller à : navigation, rechercher
L’Auberge de l’Ange Gardien
Illustrations par Valentin Foulquier.
Librairie Hachette et Cie, 1888.
À


MES PETITS-FILS


LOUIS ET GASTON DE MALARET


———


Chers enfants, vous êtes de bons petits frères, et je suis bien sûre que, si vous vous trouviez dans la triste position de Jacques et de Paul, toi, mon bon petit Louis, tu ferais comme l’excellent petit Jacques ; et toi, mon gentil petit Gaston, tu aimerais ton frère comme Paul aimait le sien. Mais j’espère que le bon Dieu vous fera la grâce de ne jamais passer par de pareilles épreuves, et que la lecture de ce livre ne réveillera jamais en vous de pénibles souvenirs.

Comtesse de SÉGUR,
Née Rostopchine.

TABLE
I. À la garde de Dieu 3
II. L’Ange-Gardien 17
III. Informations 28
IV. Torchonnet 42
V. Séparation 52
VI. Surprise et bonheur 70
VII. Un ami sauvé 86
VIII. Torchonnet placé 103
IX. Le général arrange les affaires de Moutier 113
X. À quand la noce ? 125
XI. Querelle pour rire 137
XII. La dot et les montres 147
XIII. Le juge d’instruction 159
XIV. Autres pensées bizarres du général 173
XV. Le départ 184
XVI. Torchonnet se dessine 191
XVII. Première étape du général 199
XVIII. Les eaux 215
XIX. Coup de théâtre 223

XX. Première inquiétude paternelle 235
XXI. Torchonnet dévoilé 241
XXII. Colère et repentir du général 248
XXIII. Réparation complète 259
XXIV. Mystères 269
XXV. Le contrat 278
XXVI. Le contrat. Générosité inattendue 283
XXVII. La noce 300
XXVIII. Un mariage sans noce 318
XXIX. Conclusion, mais sans fin 327


FIN DE LA TABLE.