Madame Bovary

La bibliothèque libre.
 
Aller à : navigation, rechercher
Madame Bovary.
Mœurs de province (1857)
Louis Conard, 1910.


À
MARIE-ANTOINE-JULES SÉNARD
MEMBRE DU BARREAU DE PARIS
EX-PRÉSIDENT DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE
ET ANCIEN MINISTRE DE L’INTÉRIEUR.


Cher et illustre Ami,

Permettez-moi d’inscrire votre nom en tête de ce livre et au-dessus même de sa dédicace ; car c’est à vous, surtout, que j’en dois la publication. En passant par votre magnifique plaidoirie, mon œuvre a acquis pour moi-même comme une autorité imprévue. Acceptez donc ici l’hommage de ma gratitude, qui, si grande qu’elle puisse être, ne sera jamais à la hauteur de votre éloquence et de votre dévouement.

Gustave Flaubert.

Paris, le 12 avril 1857.


À
LOUIS BOUILHET

Gustave Flaubert



Madame Bovary 
 1


Origine de Madame Bovary 
 483
L’écriture de Madame Bovary. ― Les ébauches 
 486
Scénario 
 494
Autre scénario 
 496
Le manuscrit de Madame Bovary 
 504
Les dernières corrections 
 506
Publication de Madame Bovary dans la Revue de Paris 
 512
Les poursuites 
 513
Variantes 
 516
Madame Bovary et les auteurs contemporains 
 523
Opinion de la presse sur Madame Bovary 
 527
La presse et la mort de Flaubert 
 539
Opinion de la critique actuelle 
 550


Réquisitoire 
 558
Plaidoirie 
 579
Jugement 
 628