Page:Émile Nelligan et son œuvre.djvu/97

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
47
LES PIEDS SUR LES CHENETS


Comme Mozart est triste au piano voisin !

· · · · ·

Le Five o’clock expire en mol ut crescendo.
— Ah ! qu’as-tu ? Tes chers cils s’amalgament de perles.
— C’est que je vois mourir le jeune espoir des merles
Sur l’immobilité glaciale des jets d’eau.

. . . . . sol, la, si, do.

— Gretchen, verse le thé aux tasses de Yeddo.