Page:Œuvres de Blaise Pascal, IV.djvu/26

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


VIII AVERTISSEMENT

B. — Mémoires et Histoires.

L’œuvre de Pascal est éclairée par les mémoires que nous ont laissés quelques témoins de sa vie. Nous avons beaucoup puisé dans le Journal de Baudry d’Asson, dont Faugère a réussi à identifier l’auteur (une partie a été léguée par lui à la Bibliothèque Mazarine, ms. 4556 1 ; un autre fragment se trouve à la Bibliothèque Nationale, ms. 13896). Cet actif ami de Port-Royal a noté au jour le jour les évènements auxquels il assistait. Le manuscrit est une copie, mais il porte des annotations et des compléments, datés de 1662, qui paraissent bien être de la main de Baudry d’Asson.

Nous devons signaler aussi la copie, annotée par l’auteur, des Mémoires du curé Beurrier (Bibliothèque Sainte-Geneviève, no 1886), manuscrit que M. Jovy a découvert et édité en partie dans deux volumes de la série Pascal inédit, et que M. A. Gazier a décrit (Les derniers jours de Biaise Pascal, p. 52 sqq.), — et les divers manuscrits des Mémoires de Fontaine 2 .

Beaucoup de documents ont été étudiés et utilisés par les consciencieux historiens du XVIIIe siècle : Barbeau de la Bruyère s’est servi des recueils de Guerrier et de nombreux autres manuscrits dans le Recueil dUtrecht de 1740 ; Leclerc

____________________________________________________________

les pièces relatives à la publication des Provinciales, qu’il nous a très obligeamment signalées.

1. La Bibliothèque Mazarine ne possède qu’une partie des livres et manuscrits de Prosper Faugère ; les autres papiers, qu’il avait accumulés au cours d’une longue carrière où il ne s’est jamais désintéressé de Pascal, pourraient fournir encore des renseignements très utiles.

2. Pour le récit de l’ Entretien entre Pascal et Saci, les divers manuscrits ont été de la part de M. Bédier l’objet d’une étude qui est un modèle de méthode précise et sûre (Etudes critiques, Colin, 1903, p. 19 sqq.). L’ Entretien avec M. de Saci a été imprimé dans les éditions classiques de Fouillée et d’Adam que nous avons déjà mentionnées, et en outre, dans celle de Guyau, Paris, Delagrave, 1875.