Page:Œuvres de Blaise Pascal, IV.djvu/49

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


INTRODUCTION XXXI

comme Pascal était alors désigné pour recevoir la charge d’en évoquer la compétence, ou plus exactement encore de le créer de toutes pièces. N’a-t-il pas puisé dans sa vie antérieure l’expérience du monde ? n’a-t-il pas, tout jeune, en projetant la clarté décisive du fait sur ces sujets de physique que l’École avait enveloppés jusque-là dans des ténèbres impénétrables, acquis une maîtrise dans « l’art de conférer » et dans « l’art de persuader » ? Eviter les mots qui étourdissent pour faire entendre le son direct et loyal des choses elles-mêmes, c’est une règle qui paraît concerner l’esprit, et que Pascal transforme en question de conscience : « On ne consulte l’oreille que parce qu’on manque de cœur. » De l’honnête homme, juge reconnu en matière de goût, il a su faire l’arbitre de la probité, de la pureté morale.

Depuis les chapitres de Sainte-Beuve (et c’est l’occasion de redire ici combien le Port-Royal paraît plus jeune, plus profond, plus étonnant à mesure que l’on s’attache davantage à l’étude de Pascal), le caractère essentiel des Provinciales a été bien reconnu. Peut-être n’en a-t-on pas déduit toutes les conséquences. Les éditions successives des Provinciales, qui chacune faisaient connaître de nouvelles sources, ont fait voir à quel point les allégations de Pascal s’appuyaient sur des pièces déjà produites, entre autres par Hermant, par Saci, surtout par Arnauld. On en a manifesté une certaine surprise, comme si le génie créateur de Pascal était en jeu: M. Strowski, qui a si nettement aperçu et défini le rôle d’ Arnauld 1 , a parlé, sinon

_____________________________________________________________

1. «Pascal s’est nourri des ouvrages d’ Arnauld, toutes les Provinciales (à part ce qui est pris à Escobar) sont faites avec des notes prises sur les écrits inédits ou imprimés d’ Arnauld. Le style, la disposition, le sentiment sont de Pascal, le fond est d’Arnauld. » Pascal et son temps, T. III, p. 39, note 2.