Page:Anatole France - Discours prononcé à l’inauguration de la statue d’Ernest Renan.djvu/33

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Jésus. Ainsi mon principal devoir est accompli. À l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, le travail sur les rabbins touche aussi à son terme et le Corpus inscriptionum semiticarum est en excellentes mains. Tout cela me cause une grande satisfaction intérieure et voilà ce qui me fait croire qu’après avoir ainsi payé toutes mes dettes, je pourrais bien m’amuser un peu. »


Quel dévouement dans cette grande âme ! Quel bon ordre dans cette admirable vie ! Son Histoire d’Israël est terminée, sa contribution à l’histoire littéraire de la France est fournie, le Corpus est en bonnes mains, Renan meurt en souriant.

Le Corpus était l’objet de sa plus vive sollicitude. Déjà vieux, il disait à sa fille : « Je voudrais avoir deux tables, l’une pour mes travaux historiques, l’autre pour le Corpus. » J’ignore si ce vœu fut comblé. Mais on sait à l’Académie des Inscriptions que