Page:Anatole France - Discours prononcé à l’inauguration de la statue d’Ernest Renan.djvu/46

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Elle dit :

— « Je suis la Sagesse. Il est difficile aux hommes les meilleurs de me reconnaître dès l’abord, à cause de mes voiles et des nuées qui m’enveloppent, et parce que, semblable au ciel, je suis orageuse et sereine. Mais toi, mon doux Celte, tu m’as toujours cherchée, et chaque fois que tu m’as rencontrée, tu as mis tout ton esprit et tout ton cœur à me reconnaître. Tout ce que tu as écrit de moi, poète, est véritable. Le génie grec me fit descendre sur la terre, et je la quittai quand il expira. Les Barbares, qui envahirent le monde ordonné par mes lois, ignoraient la mesure et l’harmonie. La beauté leur faisait peur et leur semblait un mal. En voyant que j’étais belle, ils ne crurent pas que j’étais la Sagesse. Ils me chassèrent. Lorsque, dissipant une nuit de dix siècles, se leva l’aurore de la Renaissance, je suis redescendue sur la