Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/59

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
LV
INTRODUCTION
iv
Langue.

Les quelques remarques que nous avons à présenter sur la langue se rapportent pour la plupart à des phénomènes de prononciation déjà connus :

ai final se prononce é (cf. Thurot, De la prononciation française, t. ii, p. 41 et 635) :

é pour ai, xi, xxt, 7[1] , 9, etc.

diré pour dirai, cvii, 15.

seré pour serai, xcvii, 14.

2° La finale en aige, bien que notée une fois age, volage, cv, 5, a déjà la prononciation que Palsgrave constatait un siècle plus tard (cf. Thurot, t. I, p. 313-314).

e placé devant une voyelle ou une diphtongue avec laquelle il faisait diérèse dans la langue du xiiie siècle, se comporte différemment suivant les cas :

— devant a, la diérèse persiste : creance, lii, 2 (cf. Thurot, t. I, p. 396).

leans, lvi, 7.

pourveance, xlvi, 9.

— devant e, il y a parfois fusion des deux e :

  1. Nous renvoyons à ta numérotation des pièces et des vers.