Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/77

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
5
ET AUTRES POÉSIES

10Dont près ne meurs
De me voir tourmenter si fort,
Ou parfont [de la mer de pleurs.]

Car Desplaisirs, Courroux, Labeurs,
Ennuy, Soussy, d’autres pluseurs
15Par leurs fureurs
Font tousjours sur moy tel effort
Qu’il[1] me vaulsist mieulx estre mort,
Feust droit ou tort,
Que de plus vivre en telz langueurs,
20Ou parfont [de la mer de pleurs.]

vi[2]



MONSr DE CLEREMONT

Vostre[3] œil qui est si fort adestre, (fol.8 v°)
Au commandement de chacun,
Vous fait avoir aport commun
De[4] serviteurs, sans les congnoistre.
 
5Par tout, a destre et[5] a senestre,
IL n’en espargneroit[6] pas un,
Vostre oeil [qui est si fort adestre.]

  1. Ms.fr. 9223 Qui.
  2. vi.Imprimé dans le Jardin de Plaisance, fol. 62 v°, et dans Cent quarante cinq rondeaux d’amour n° 76.
  3. Ms. fr 9223 Voustre.
  4. Jard. de Plais. et 145 rond. Des.
  5. Jard. de Plais. Car soit a destre ou ; 145 rond. Soit a dextre ou.
  6. 145 rond. espargne.