Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/89

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
17
ET AUTRES POÉSIES

D’amoureulx cueur, sans desamer,
Vous aymera, ou entamer
Le puisse Amours amerement !
15Sy l’aymés amyablement
Qu’Amours ne vous puisse blamer.
M’amour, [helas! vueilliés amer
Cil qui vous ayme sans amer
D’amour tresamoureusement,
20Ou, las! se l’amoureuse ment,
L’amant fust mieulx dedans la mer.]

xx


 

ANTHOINE DE GUISE




VOSTRE œil, se fort harbalestier, (fol. 13)
Quant vous estiés devant yer
Embuchée en une fenestre,
Me blessa u cousté senestre,
5Dont j’ay de grace bien mestier.
 
Il emporta mon cueur entier,
Sans m’en lesser ung seul quartier ;
Aincy m’eist Dieulx que c’est ung maistre,
Vostre œil, [se fort harbalestier.]

10Qui de luy se vouldra gaitier,
Lesser luy fault tout le sentier,
Et s’en fuïr hors de son estre.
Hélas je le doy bien congnoistre,
Il m’a joué de son mestier,

15Vostre œil, [se fort harbalestier.]