Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/96

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
24
RONDEAUX
xxvii
FREDET



QUEQUE maniere que j’en face, (fol. 16°)
Quant est a moy, je ne pourchace
D’avoir en amours plus de bien :
Maintenant a toutes me tien ;
5Plus n’ay l’une que l’aultre en grace.
 
Que je quiere lieu ne espace,
Qu’en la fin aucun je deface,
Sur ma foy je n’y pense en rien :
Queque maniere [que j’en face,
10Quant est a moy, je ne pourchace
D’avoir en amours plus de bien.]

Trop bien quant je me treuve en place,
Ou je voy queque belle face
Ou queque gracieulx maintien,
15Croyés qu’a les veoir me plait bien ;
Mes aultre chose je n’y trasse :
Queque maniere [que j’en face,
Quant est a moy, je ne pourchace
D’avoir en amours plus de bien :
20Maintenant a toutes me tien;
Plus n’ay l’une que l’aultre en grâce.]