Page:Anonyme ou Collectif - Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques, tome 1.djvu/366

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

examiner ce qui y étoit contenu. Je jugeai ensuite par ce que j’y trouvai, que le vaisseau devoit être richement chargé ; & si je puis tirer quelques conjectures par le cours qu’il prenoit, il y a de l’apparence qu’il étoit destiné pour Buenos-Ayres, ou bien pour Rio de la Plata, dans le sud de l’Amérique au-delà du Brésil ; de-là pour la Havane, & ensuite pour l’Espagne.

Outre ces deux coffres, j’y trouvai un petit tonneau rempli environ de vingt pots, & je le mis dans ma chaloupe avec bien de la peine. J’apperçus dans une des chambres plusieurs fusils & un grand cornet à poudre, où il y en avoit à-peu-près quatre livres : je m’en saisis ; mais je laissai-là les armes, puisque j’en avois suffisamment ; je m’appropriai encore une pelle à feu & des pincettes dont j’avois un extrême besoin, comme aussi deux chaudrons de cuivre, un gril & une chocolatière. Je m’en fus avec cette charge & avec le chien, voyant venir la marée qui devoit me ramener chez moi, &, le même soir, je revins à l’île extrêmement fatigué de ma course.

Après avoir reposé cette nuit dans la chaloupe, je résolus de porter mes nouvelles acquisitions dans ma grotte, non dans mon château ; mais je trouvai bon d’en faire auparavant l’examen. Le petit tonneau étoit rempli d’une espèce de rum qui n’étoit point de la bonté de celui qu’on trouve