Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 1.djvu/279

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
259
LIVRE VII. — MOUVEMENT DU SOLEIL.

on trouvera ainsi que c’est dans une zone comprise entre 23° 27′ 1/2 de déclinaison australe et 23° 27′ 1/2 de déclinaison boréale qu’est contenue tout entière la courbe décrite par le soleil en vertu de son mouvement propre apparent. Les 365 observations au cercle mural faites dans les 365 jours de l’année, comparées à la position invariable de l’équateur, nous font connaître les 365 parallèles sur lesquels le soleil s’est successivement transporté. A ces 365 résultats, ajoutons les 365 positions des cercles horaires du soleil que nous obtiendrons en comparant chaque jour le moment du passage de l’étoile Sirius par le méridien, au moment du passage du centre du soleil par le même plan. Les intersections de ces cercles horaires avec les parallèles correspondants aux mêmes jours donneront les 365 places que le soleil occupe dans l’année. Nous pourrons donc, sur la sphère qui renfermera une représentation du ciel étoilé, dessiner exactement les positions du soleil.

Ces positions jouissent d’une propriété extrêmement remarquable : elles ne sont situées ni sur un petit cercle, ni sur une ligne sinueuse comme cela aurait pu arriver ; elles correspondent toutes au contour d’une courbe continue, sans zigzag d’aucune sorte. Cette courbe est un grand cercle de la sphère, dont une moitié est située au nord de l’équateur et l’autre au midi.

Le plan ABCD (fig. 95, p. 260) dans lequel est contenue la courbe que le soleil semble parcourir s’appelle, par des raisons que nous verrons plus tard, le plan de l’écliptique. Pour le moment, il suffit de dire que c’est la position du soleil et de la lune, relativement à ce plan,