Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/49

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pauvre Tithôn. Le vieux mâchonne, se retire frappé d’une amende, sanglote, pleure, et dit à ses amis : « Ce qui devait payer ma bière, c’est l’amende dont je suis frappé. »

Est-il décent de ruiner ainsi un vieillard blanc devant la klepsydre, un compagnon qui a beaucoup peiné, qui s’est mouillé tant de fois d’une sueur chaude et glorieuse, un brave qui s’est battu à Marathôn pour la République ? Oui, nous qui étions à Marathôn, à la poursuite de l’ennemi ; aujourd’hui nous sommes poursuivis à outrance par des hommes méchants, et puis après condamnés. À cela que répondrait un Marpsias ?

Et de fait, est-il juste qu’un homme, courbé par l’âge comme Thoukydidès, périsse enfermé dans les déserts de la Skythia parce qu’il a maille à partir avec Képhisodèmos, cet avocat bavard ? Je me suis senti pris de pitié, et j’ai versé des larmes, en voyant maltraité par un archer ce vieil homme qui, j’en atteste Dèmètèr, lorsqu’il était le Thoukydidès qui eût aisément tenu tête à la Déesse Gémissante (Dèmètèr pleurant Kora), aurait d’abord terrassé dix Evathlos, effrayé de ses cris trois mille archers, et percé de flèches le père et toute la lignée. Ah ! puisque vous ne permettez pas que les vieillards jouissent du sommeil, décrétez que les causes soient divisées, de manière qu’un vieux édenté plaide contre un vieux, et les jeunes contre un homme à l’anus élargi, un bavard, le fils de Klinias. Il faut désormais exercer des poursuites, et, s’il y a un coupable, que le vieillard soit frappé d’amende par le vieillard, et le jeune homme par le jeune homme.



Dikæopolis

Voici les limites de mon marché. Tous les Péloponésiens,