Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 2.djvu/24

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée




la huppe.

Ce n’est pas un de ces oiseaux ordinaires comme vous en voyez tous les jours, mais un oiseau de marais.


pisthétæros.

Oh ! oh ! il est beau, et d’un rouge phœnikien.


la huppe.

Sans doute ; aussi l’appelle-t-on Phœnikoptère.


evelpidès.

Ohé ! dis donc, toi !


pisthétæros.

Qu’as-tu à crier ?


evelpidès.

Un autre oiseau que voici.


pisthétæros.

Par Zeus ! c’en est effectivement un autre ; il doit être étranger. Quel peut être ce singulier prophète, cet oiseau de montagnes ?


la huppe.

Son nom est le Mède.


pisthétæros.

Le Mède ! Oh ! souverain Hèraklès ! Comment, s’il est Mède, a-t-il pu, sans chameau, voler ici ?


evelpidès.

En voici un autre qui a pris une aigrette.