Page:Audubon - Scènes de la nature, traduction Bazin, 1868, tome 1.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


INTRODUCTION ET DÉDICACE.


En écrivant ces pages, cher lecteur, je n’avais qu’un but, celui de vous être agréable. Puissent-elles vous procurer une partie seulement du plaisir que j’ai trouvé moi-même à rassembler les matériaux propres à leur composition. Je ne demande pas d’autres dédommagement de tous mes travaux, et peut-être encore est-ce trop exiger ; car enfin je ne suis pour vous qu’un inconnu. Permettez-moi donc, avant d’aller plus loin, de vous rendre compte de ma vie et des motifs qui ont pu me détemriner à vous mettre ainsi en rapport avec un Américain, un homme des bois.

J’ai reçu la vie et vu le jour dans le Nouveau-Monde. À peine avais-je appris à faire quelques pas et à bégayer ces premiers mots toujours si doux à l’oreille des parents que les productions de la nature, de toutes parts répandues autour de moi étaient déjà l’objet constant de ma curiosité enfantine. Bientot elles devinrent mes uniques compagnons de jeu ; et avant même que mes idées fussent assez développées pour me permettre de faire la différence entre la couleur azurée du ciel et la teinte émeraude du clair feuillage je sentais que, d’elles à moi, se formait une intimité,