Page:Audubon - Scènes de la nature, traduction Bazin, 1868, tome 1.djvu/329

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


dernières branches des arbres d’où, restant longtemps dans la même posture, il épie d’un œil furtif chaque objet au-dessous de lui. Puis, lorsqu’il a découvert un insecte ou un ver, il s’élance légèrement, le prend dans son bec, regarde encore aux environs, pour voir s’il n’en aperçoit pas d’autre, fait quelques petits sauts en inclinant son corps en bas, enfin s’arrête, se redresse, et se renvole sur sa branche, où de plus belle il entonne sa chanson. C’est peut-être après avoir remarqué quelques-uns des traits rappelant cette conformité d’habitudes dans les deux espèces, que les premiers colons du Massachusetts ont donné à notre oiseau le nom de robin bleu qu’il porte encore dans cet État.

Quant à moi, si j’étais maintenant pour établir une classification des oiseaux de notre pays, je ne serais pas éloigné d’assigner à l’oiseau bleu une place parmi les Turdiens.




MORT D’UN PIRATE.


Une nuit, par un délicieux clair de lune, j’étais en contemplation devant la beauté des cieux limpides et le puissant éclat de lumière que réfléchissait autour de moi la surface tremblante des eaux, lorsque je vis monter l’officier de quart, qui bientôt entra en conver-