Page:Austen - Orgueil et Préjugé (Paschoud) 1.djvu/11

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nous seroit bien inutile, puisque vous ne voulez pas seulement aller leur faire une visite.

— Vous pouvez compter, ma chère, que, lorsqu’il y en aura vingt, j’irai les voir tous.

M. Bennet offroit un mélange si extraordinaire de réparties promptes, d’humeur railleuse, de réserve et de caprices, que vingt-trois ans de mariage n’avoient pas suffi à sa femme pour bien connoître son caractère. Elle étoit moins difficile à définir. C’étoit une femme ignorante, d’une intelligence médiocre, et d’un caractère foible. Lorsqu’elle étoit mécontente, elle se plaignoit de ses nerfs. Son désir le plus ardent étoit de voir ses filles mariées ; sa principale occupation les visites, et son plaisir les nouvelles.