Page:Austen - Orgueil et Préjugé (Paschoud) 1.djvu/17

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Quel excellent père vous avez, mes enfans, dit Mistriss Bennet, dès qu’il eut fermé la porte. Je ne sais comment vous pourrez lui témoigner, ainsi qu’à moi, toute votre reconnaissance ! Car je puis vous assurer qu’il n’est pas agréable à notre âge de faire chaque jour de nouvelles connoissances ; mais il n’y a rien que nous ne fassions pour vous. Lydie, mon ange, quoique vous soyez la cadette, je parie que M. Bingley dansera avec vous au premier bal. — Oh ! dit Lydie, je ne suis pas inquiète, quoique la plus jeune, je suis la plus grande. Le reste de la soirée se passa en conjectures sur le moment où il rendroit sa visite à M. Bennet, et à calculer quand on pourroit l’inviter à dîner.