Page:Austen - Orgueil et Préjugé (Paschoud) 1.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


surement pas été me présenter chez lui. C’est très-facheux, ruais à présent que je lui ai fait visite, nous ne pouvons plus éviter de faire connoissance avec lui.

L’étonnement de ces dames fut aussi grand que pouvoit le désirer M. Bennet ; celui de sa femme surtout, quoiqu’elle assurât, une fois le premier élan de sa joie passée, qu’elle s’y attendoit dès le premier jour.

— Combien c’est aimable de votre part, mon cher Monsieur Bennet ! Je savois bien que je finirois par vous persuader ; j’étois sûre que vous aimiez trop vos filles pour négliger de faire une telle connoissance ! C’est cependant une singulière idée ; y être allé ce matin, et ne nous en avoir rien dit jusqu’à présent. — Maintenant Kitty vous pouvez tousser tant qu’il vous plaira. En disant ces mots, Monsieur Bennet, fatigué des transports de sa femme ; sortit.