Page:Austen - Orgueil et Préjugé (Paschoud) 1.djvu/240

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ensemble. Elisabeth gardoit le silence comme Mistriss Hurst et Miss Bingley. Lydie même étoit trop fatiguée pour pouvoir proférer autre chose que : Ah mon Dieu ! que je suis fatiguée ! exclamation qu’elle accompagnoit d’un long bâillement.

Enfin lorsqu’ils se levèrent tous pour partir, Mistriss Bennet exprima vivement son désir, de voir bientôt toute la famille à Longbourn, et s’adressant à Mr. Bingley, elle l’assura qu’il les rendroit fort heureux s’il vouloit bien venir quelquefois manger leur dîner en famille, sans attendre une invitation dans les règles. Bingley étoit très-enchanté et s’engagea volontiers à saisir la première occasion de leur rendre visite après son retour de Londres, où il étoit obligé d’aller le lendemain, mais pour fort peu de tems.

Mistriss Benett étoit parfaitement con-