Page:Austen - Orgueil et Préjugé (Paschoud) 1.djvu/9

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bel établissement que ce seroit pour l’une d’elles ! Sir Williams et Lady Laws sont décidés à lui faire visite sur ce qu’ils en ont ouï dire seulement ; vous savez qu’en général, ils ne recherchent point les nouveaux venus, et vous devez faire de même, car il nous seroit impossible d’être en relation avec lui, si vous ne commencez pas.

— Vous êtes trop scrupuleuse, je crois que M. Bingley seroit charmé de vous voir, et je pourrais même vous charger de quelques lignes pour l’assurer de mon consentement à son mariage avec celle de mes filles qu’il choisira ; quoique cependant je dusse dire un mot en faveur de ma chère petite Lizzy.

— Je vous prie de ne point le faire. Lizzy n’est pas supérieure aux autres ; elle n’est à beaucoup près ni si belle que Jane, ni si gaie que Lydie ; mais vous lui donnez toujours la préférence.

— On ne peut tirer vanité ni des unes