Page:Austen - Orgueil et Préjugé (Paschoud) 2.djvu/37

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Mr. Bingley d’y retourner, et quant à leur société, elle pensoit que Jane cesseroit bientôt de la regretter, si elle jouissoit de celle du frère.

— Il est fâcheux, dit-elle, après une légère pause, que vous n’avez pu voir vos amies avant leur départ ; mais il faut espérer que ce temps avenir dont parle Miss Bingley, arrivera plutôt qu’elle ne le croit, et que les délicieux momens que vous avez passés comme amies, ne se renouvelleront pas avec moins de charmes lorsque vous serez sœurs. Elles ne pourront pas retenir Mr. Bingley à Londres.

— Caroline dit cependant, qu’aucun d’eux ne reviendra cet hiver dans le Hertfordshire. Je vais vous le lire : « Lorsque mon frère nous quitta hier, il pensoit que l’affaire qui l’appeloit à Londres, seroit terminée dans trois ou quatre jours ; mais cela ne peut pas être, et comme nous savons que lorsque