Page:Austen - Orgueil et Préjugé (Paschoud) 2.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



La première partie de la lettre annonçoit qu’elles venoient de se décider à suivre leur frère à la ville, et qu’elles comptoient arriver le même jour à Grosvenor-Street, où Mistriss Hurst avoit une maison. La seconde partie étoit conçue en ces termes : « De tout ce que je quitte dans le Hertfordshire, je ne regrette que votre société, ma plus chère amie ; mais nous espérons que dans l’avenir nous jouirons encore du retour des momens délicieux que nous avons passés ensemble ; jusqu’alors je compte que nous diminuerons les peines de l’absence par une correspondance active et sans réserve ; je me fonde pour cela sur votre amitié. » Elisabeth écoutait toutes ces belles phrases avec la froideur de l’incrédulité ; la promptitude de leur départ l’étonnoit, mais elle s’en affligeoit peu. On ne pouvoit pas supposer que leur absence de Netherfield empêchât