Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/9

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
5
ET PRÉVENTION

Lydia, je ne sais pourquoi vous lui donnez toujours la préférence.

» — Elles n’ont, ni les unes ni les autres, rien de remarquable, répondit-il. Elles sont comme toutes les filles simples et ignorantes ; mais certainement Lizzy a plus de vivacité que les autres.

» — M. Bennet, comment pouvez-vous parler ainsi de vos propres enfans ? Vous prenez plaisir à me tourmenter, vous n’avez nulle pitié de mes pauvres nerfs.

» — Vous vous trompez, ma chère, j’ai un grand respect pour vos nerfs, ce sont de vieux amis, il y a plus de vingt ans que je vous en entends parler.

» — Ah ! vous ne savez pas tout ce que je souffre !

» — J’espère que cela passera et que vous vivrez assez pour voir au moins vingt jeunes gens, avec 4,000 sterlings, devenir nos voisins.

» — Quand il y en aurait vingt, à quoi cela nous servirait-il, vous n’en verriez pas un seul.

» — Soyez persuadée, ma chère, que