Page:Austen - Orgueil et Prevention 2.djvu/20

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
16
Orgueil

votre douceur, votre désintéressement sont vraiment angéliques, on ne saurait trop vous admirer… Oui, je sens que je ne vous ai jamais rendu justice, ni ne vous ai aimée autant que vous le méritez. »

Mlle Bennet se récria vivement contre ces éloges, les attribuant à l’amitié que lui portait sa sœur.

« Non, non, dit Élisabeth, ceci n’est pas juste ; vous voulez croire que tout le monde est estimable, et si je parle mal de quelqu’un, vous en êtes affligée ; moi je ne désire que vous croire parfaite, et vous vous y opposez. Ne craignez point, je ne saurais tomber dans les extrêmes, ni imiter cette bienveillance universelle qui n’appartient qu’à vous. Il y a fort peu de gens que j’aime sincèrement, et encore moins que je puisse estimer ; plus je vois le monde, moins il me plaît, et chaque jour me fait mieux juger l’inconstance du cœur humain, et combien il faut peu se fier à quelque apparence de mérite ou de bon sens : j’en ai eu en-