Page:Austen - Orgueil et Prevention 2.djvu/21

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
17
ET PRÉVENTION

core tout dernièrement deux preuves bien évidentes : l’une d’elles dont je ne veux point parler, l’autre est le mariage de Charlotte… ; c’est une chose si inconcevable, si bizarre.

» — Ma chère Lizzy, ne vous laissez point aller à de telles pensées, elles détruiraient votre bonheur ; vous n’accordez pas assez aux différences de caractères et de positions ; considérez un peu la bonne réputation dont jouit M. Colins, et combien Charlotte est raisonnable. Elle appartient, vous le savez, à une famille nombreuse ; quant à la fortune, cet établissement est fort avantageux, et il faut croire, pour notre satisfaction à tous, qu’elle a quelque estime pour notre cousin.

» — Je m’efforcerai pour vous complaire, de croire tout ce qu’il vous plaira ; mais cette croyance ne peut faire de bien qu’à vous seule ; car si j’étais persuadée que Charlotte estimât M. Colins, j’aurais, en vérité, de son jugement une plus pauvre idée que je n’ai maintenant de