Page:Austen - Orgueil et Prevention 2.djvu/37

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
33
ET PRÉVENTION

croire, d’après ses remarques, qu’ils fussent, réellement épris l’un de l’autre, la préférence qu’ils se témoignaient lui parut assez forte, pour lui causer quelque inquiétude ; elle résolut donc d’en parler à Élisabeth, et de lui représenter combien il serait imprudent d’encourager un pareil attachement.

Si même Wickham eût été moins aimable, sa conversation aurait toujours eu pour Mme Gardener un charme réel ; il y avait dix ou douze ans, étant encore fille, elle avait passé plusieurs années dans la partie de Derbyshire, où Wickham avait été élevé, ils connaissaient par conséquent à peu près les mêmes personnes et, bien que Wickham eût quitté ce pays aussitôt après la mort du père de M. Darcy, il pouvait donner à Mme Gardener des renseignemens plus récens sur ses anciennes amies que ceux qu’elle avait pu jusqu’alors se procurer.

Mme Gardener avait vu Pemberley et connu de réputation feu M. Darcy, ceci fut donc un sujet inépuisable de con-