Page:Austen - Orgueil et Prevention 2.djvu/9

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
5
ET PRÉVENTION

souvent que de coutume pour parler de sa joie, quoique l’air réchigné et les remarques peu aimables de Mme Bennet fussent ennemies de toute joie.

Entre Élisabeth et Charlotte, il existait une contrainte qui les rendit toutes deux fort silencieuses sur ce sujet, et Élisabeth sentait bien que tout le charme de leur liaison était pour jamais détruit. La peine qu’elle éprouvait, en voyant les sentimens de Charlotte si opposés à ce qu’elle les croyait, lui fit rechercher sa sœur avec plus de tendresse que jamais ; par elle du moins, elle ne pouvait craindre d’être trompée, et de plus, elle devenait de jour en jour plus inquiète sur son sort, car Bingley était absent depuis une semaine, et l’on n’entendait point parler de son retour.

Hélen avait répondu sans délai à la lettre de Mlle Bingley, et en attendait impatiemment une seconde, la lettre de remercîmens promise par M. Colins arriva le mardi : elle était adressée à M. Bennet, et l’auteur y avait épuisé toutes les