Page:Aymar de Saint-Saud - Armorial des prélats français du XIXe siècle (1906).djvu/32

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
ORNEMENTS EXTÉRIEURS
17

s’établit, et, la coutume venant brocher sur le tout, ce qui a été au commencement une vraie usurpation est défendu avec acharnement comme un droit. C’est ainsi que se font ce qu’on appelle les privilèges du siège. » Très juste !

CHAPEAU DES ABBÉS, DES PRÉLATS DIVERS. — On verra, dans la seconde partie, la classification hiérarchique de ces dignitaires.

Les Abbés, dits mitrés, ont le chapeau noir et les glands pareils. Autrefois, ils ne portaient que deux rangs de houppes, c’est-à-dire trois glands, 2 et 1. Ils devraient bien conserver cet usage, d’après l’avis de Mgr Barbier de Montault, auquel je me rangerais volontiers pour les raisons exposées plus bas, si Rome n’était d’une opinion contraire. Cependant le Dizionario ecclesiastico illustrato, par Cecaroni (1897), donne, page 483, tout italien qu’il soit, raison à l’usage français. Les Abbés portent donc maintenant six glands. Ne voit-on pas du reste, en 1743, Dom de Benoit, abbé bénédictin de Lérins, avoir trois rangs de houppes à son chapeau ?

Les Protonotaires ad instar (les seuls dont nous ayons à nous occuper) ont le chapeau violet et six glands roses, qui d’après la coutume romaine sont rouges. (Il n’est plus d’usage de relier les glands entre eux par de petits cordons violets.) Ce qui le distingue aussi de celui des cardinaux, c’est qu’il ne peut avoir de l’or.

Nos traités de blason anciens et modernes n’accordent que trois glands aux protonotaires, la couleur de la houppe suffisant à les distinguer des autres prélats. Mais l’usage de Rome doit primer celui de France. On objecte du reste que, comme les Abbés, ils sont prélats di mantelletta (expression expliquée dans la seconde partie). Dans cette dernière catégorie rentrent les prélats appelés Auditeurs de Rote, Référendaires, Clercs de la Chambrey domestiques de S. S. etc. Le chapeau qui timbre leurs armes est violet avec six glands pareils (de chaque côté toujours). Autrefois eux aussi se contentaient de trois glands. Leur chapeau pontifical est en drap noir doublé de soie violette avec cordon de même.

Quant aux Camériers secrets et Camériers d’honneur (prélats di mantellone), leur chapeau est semblable au précédent, mais avec trois glands seulement. Mgr Battandier (qui rectifie quelques erreurs de Mgr Barbier) dit bien « qu’il leur est défendu de porter au chapeau un gland, cordon ou tout autre insigne violet »[1], mais il ajoute qu’on leur tolère cette couleur dans leur blason. D’autres auteurs vont plus loin, mais c’est une erreur, quand ils disent qu’en dehors de Rome, bas, cordons et boutons violets leur sont permis[2].

Je notais plus haut, à propos des évêques, une sorte de chapeau porté, dans l’habitude de la vie, par les prélats. Comme il ne timbre pas leurs armoiries, je n’entre pas dans des détails à son sujet, renvoyant ceux que cela peut intéresser à l’Annuaire pontifical de 1904, page 233, non sans faire observer que j’ai connu des évêques et des abbés mitrés ayant le galon vert et or. Je ne parle pas non

  1. Annuaire pontifical 1899, p. 534, 383.
  2. Les Congrégations romaines, par Grimaldi, p. 87, 94.
    ARMORIAL DES PRÉLATS
    2