Page:Aymar de Saint-Saud - Armorial des prélats français du XIXe siècle (1906).djvu/39

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

24

ARMORIAL DES PRÉLATS

ments habituels une épée, posée en barre sous l'écu ; les premiers « en raison de leur titre traditionnel de prince de Conflans et de Saint-Sigismond », les seconds « pour rappeler leur titre traditionnel de prince d’Aiguebelle »[1]. Nous n’avons pu avoir plus de détails à ce sujet et M. Buet, dans son Armorial des Evêques de Maurienne (Revue nobiliaire, 1867, p. 121-127), n’en souffle mot ; il dit seulement que les évêques de Maurienne étaient princes souverains du VI{{|e}} siècle au XIV{{|e}}. Plusieurs évêques-du Puy-en-Velay ont aussi une épée en pal sous reçu, le pommeau issant de la couronne ou la traversant. Nous l’expliquerons à l’article du Puy.

Aucune règle ne prescrivant de formes pour les écussons prélatices, on en constatera des plus variées au XIX{{|e}} siècle. En outre, ils sont très souvent posés sur des cartouches de formes les plus diverses. L’écu droit à la française paraît dominer. Plusieurs, comme nous l’avons déjà dit, ont en bas des branches de palmier, de chêne, d’olivier, de laurier, de lis, etc., ce qui n’est qu’une fantaisie ne correspondant à rien.

En blasonnant les armoiries épiscopales nous ne sommes pas entré dans ces menus détails ; nous n’avons même pas décrit la position des attributs, indiqué que l’écu fût surmonté d’une couronne, posé sur une croix ou non, etc. Cependant si ces attributs ou ornements extérieurs présentaient à notre connaissance (car pour beaucoup nous n’avons connu simplement que le blason) des particularités notables, nous les avons signalées. Mais que de variantes parfois dans les armoiries d’un même prélat ! Inutile de parler de ces vignettes à attributs religieux, au milieu desquelles on plaçait les armes épiscopales au premier tiers du siècle passé ; toutefois il nous a paru intéressant d'en donner des spécimens en tête des grandes divisions de notre ouvrage, pour montrer ce qui était de mode à cette époque-là. Les unes ont les emblèmes des sept sacrements (vrais rébus) ; les autres, les vertus théologales ou des figures de l’Ancien et du Nouveau Testament.

IV. DEVISES

Les devises choisies par les prélats figurent à bon droit dans leurs armoiries complètes. Elles sont l’expression soit d’une de leurs règles de conduite (v. g. Mgr Ardin : Instaurare omnia in Christo), soit de la façon dont ils invoquent la protection de Dieu, de la sainte Vierge ou des saints (v. g. Mgr Carmené : Sub tuum prœsidium) ; ou bien elles indiquent comment ils comprennent leurs devoirs (v. g. le Cardinal Bernadou : Fide et lenitate) ; ou encore elles rappellent, par un texte de l'Ecriture-Sainte le nom du prélat (v. g. Mgr Mando : Haec mando vobis ut diligatis invicem).

Notre docte confrère du Conseil héraldique, M. Tausin, va faire paraître, en même temps que ce volume, un devisaire ecclésiastique, qui sera intitulé : Dictionnaire des Devises ecclésiastiques et sera édité chez M. Daragon

  1. Armorial des Cardinaux... par Tausin.