Page:Banville - Œuvres, Les Cariatides, 1889.djvu/267

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



IX

BAL MASQUÉ

 
Blancs, jaunes, bleus, roses, comme la foudre,
Les Débardeurs, farouches escadrons
De leurs cheveux faisant voler la poudre,
Passent, nombreux comme des moucherons,
Sous l’ouragan des cors et des clairons.
L’affreux galop furieux se prolonge,
D’un élan fou dans la clarté se plonge,
Chœur effréné qui jamais ne se rompt,
Et, dans un coin pensif, Gavarni songe
Que tout ce peuple est sorti de son front.