Page:Banville - Œuvres, Les Cariatides, 1889.djvu/266

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



VIII

LA COMÉDIE

Yeux noirs, yeux bleus, cheveux bruns, cheveux d’or,
Beaux chérubins joufflus comme des pommes,
Bouches de rose, amour, espoir, trésor,
Troupeau charmé, fillettes, petits hommes,
Anges et fleurs qu’en souriant tu nommes,
Orgueil humain justement ébloui,
Tous ces bandits à l’œil épanoui,
Sur leurs fronts purs ayant l’aube éternelle,
Battent des mains au vieux drame inouï
Du Commissaire et de Polichinelle.