Page:Banville - Œuvres, Les Cariatides, 1889.djvu/270

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



XII

HEINE

 
Comme Phœbos, après l’avoir branché,
Heine toujours portait la peau sanglante
D’un Marsyas qu’il avait écorché.
Pour un amant de la rime galante
Cette manière est un peu violente.
Ô noirs pavots ! horrible floraison !
Mais le Satyre à la comparaison
Ne peut gagner, s’il entreprend la lutte,
Et les porteurs de lyre ont eu raison
En écorchant le vain joueur de flûte.