Page:Banville - Œuvres, Les Cariatides, 1889.djvu/271

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



XIII

LES PARIAS

 
Oh ! je voudrais sur leur front innocent
Baiser tous ceux qu’on raille et qu’on opprime !
Dieux ! apporter le malheur en naissant !
Toi qui sais tout, mystérieuse Rime,
Dis-moi pourquoi la tendresse est un crime.
La Terre noire à l’homme triste et vain
Prodigue tout, les blés d’or, le doux vin ;
Mais qu’elle fut une amère nourrice,
L’inépuisable aïeule au flanc divin,
Pour l’Âne triste et pour le doux Jocrisse !