Page:Banville - Œuvres, Les Cariatides, 1889.djvu/315

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


AVANT-PROPOS


LES quelques poèmes qui suivent ne sont pas des œuvres d’art. Ces pages intimes, tant que ma si faible santé et les agitations de ma vie me l’ont permis, je les écrivais régulièrement pour mon adorée mère, lorsque revenaient le 16 février, jour anniversaire de sa naissance, et le 19 novembre, jour de sa fête, sainte Élisabeth. Parmi ces vers, destinés à elle seule, j’avais choisi déjà quelques odes qui ont trouvé place dans mes recueils. Les autres ne me paraissaient pas devoir être publiés, et je sais bien ce qui leur manque. Presque jamais on ne se montre bon ouvrier, lorsqu’on écrit sous l’impression d’un sentiment vrai, au moment même où on l’éprouve. Mais,