Page:Banville - Camées parisiens, s3, 1873.djvu/100

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VII

LE MARÉCHAL BAZAINE

____


Dans ce large visage d’airain aux lueurs cuivrées, dans ce front chauve orné seulement de quelques cheveux blancs et plats, il y a certainement une volonté indomptable. Les sourcils se relèvent ; les yeux demi-fermés, habitués à contempler la figure des batailles, regardent au loin ; le nez est osseux et hardi sans tourner à l’aquilin ; la moustache, encore noire, n’ombrage que les coins des lèvres et laisse voir la bouche nette et rusée.