Page:Banville - La Lanterne magique, 1883.djvu/164

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bleuâtre verdure. Silencieusement elle fait un signe, et plusieurs convives, habituellement des vieillards aux chevelures blanches, mais aussi des femmes et des hommes des âges les plus divers, se lèvent et la suivent. Ils ne reviennent jamais, et on ne les revoit plus ; seulement, à leurs places viennent s’asseoir de petits enfants aux regards avides, aux cheveux dans les yeux, qui fourrent leurs mains dans les plats, mordent le sein de leur voisine et se barbouillent de crème !