Page:Banville - La Lanterne magique, 1883.djvu/237

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


regarde sa vie s’écouler avec chaque flot qui tombe de son urne gémissante !


Ici finit la troisième Douzaine des Camées Parisiens ; l’ouvrier, mesdames, se recommande à vos bontés.