Page:Banville - La Lanterne magique, 1883.djvu/59

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



TROISIÈME DOUZAINE



XXV. — LA VUE

Le célèbre voleur qui se nomme parmi ses compagnons Tête-de-Loup, et dans les cercles élégants Louis Spéver, s’est introduit dans le jardin de l’hôtel et jusque dans la chambre à coucher de la duchesse de Segny. Grâce à ses nombreux talents, il a pu ouvrir la fenêtre et le volet ; ses complices l’attendent en bas, et le voilà à deux pas du lit de la belle Diane.

Sa police — car il a des intelligences partout ! — lui avait appris que madame de Segny a le caprice de dormir avec ses joyaux étalés autour d’elle ; et le renseignement était juste, car le voleur admire, jetés sur les marbres précieux et sur les étagères de peluche, et débordant les coffres, les colliers de perles rares, les émaux, les bracelets, les rivières de diamants, les saphirs, les topazes, les camées antiques, les bijoux grecs et byzantins, les améthystes, les coraux, tout le ruissellement