Page:Banville - Les Belles Poupées, 1888.djvu/25

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





I


SINGULIÈRE ÉNIGME


— Oui, dit madame Cécile Joannon à son amie Louise Oréiia, les portes de cette chambre sont bien fermées, et aussi celles de la chambre prochaine, et aussi celles qui sont au delà, et personne ne pourra savoir si nous avons tenu des discours qui ne conviennent pas à la modestie de notre sexe. D’ailleurs, pourquoi ne l’avouerais-je pas, puisque nous sommes nées à deux jours de distance l’une de l’autre ? nous sommes vieilles ; moi, du moins, je suis vieille ; car ma jeunesse a fleuri sous le second Empire, c’est-à-dire à l’époque où, ainsi que le constatent les historiens, la France n’était pas encore vertueuse. Continuez donc, je vous prie, et parlez en toute liberté.

— Eh bien ! oui, dit madame Orélia, c’est à vous seule, chère Cécile, que je l’avoue, ma gue-