Page:Banville - Les Parisiennes de Paris.djvu/341

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les Noces de Médéric 167
   Chapitre Ier. — Où l’auteur, éminemment coloriste, prouve qu’il n’appartient pas à l’École du bon sens, et insinue qu’il possède un dictionnaire des Rimes françaises
167
   Chapitre II. — Où l’auteur, qui a lu les romans de Méry, et qui tient à étaler son érudition, met en scène des Chinois et un Suisse qui étonneront M. Stanislas Julien et feu M. Toppfer
170
   Chapitre III. — Où Médéric regrette ses chandeliers, ses poteries, mademoiselle Ninette, mademoiselle Louisa, et une femme du monde qui désire garder l’anonyme
174
   Chapitre IV. — Apothéose triomphante de Naïs, crêpe bleu, lycopode et feux de Bengale
178
   Chapitre V et dernier. — Le roman finit au moment où M. Bouquet allait devenir intéressant
181
Un Valet comme on n’en voit pas 185
La Vie et la Mort de Minette 207
Sylvanie 259
Le Festin des Titans 287
Conte pour me faire peur 211
L’Illustre Théâtre 323

Imprimerie L. TOINON et Cie, à Saint-Germain.