Page:Banville - Petit Traité de poésie française, 1881.djvu/46

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Mais il faut excepter les verbes en ier à l’infini- tif et en ié au participe, dans lesquels ie est de deux syllabes comme in-cen-di-er, ou-bli-er, co^ lo-rié. N’apprenez point ce qu’il faut ou-bli-er. Pasnt. Plan (tétudes, ER ne forme qu’une syllabe dans les adjectifs et dans les substantifs , comme dans col4iery ba- che4ier, mû-rier. Dans ce dernier mot, ier pré- cédé d’un R ne forme qu’une syllabe; cependant il en forme généralement deux lorsque dans les substantifs il est précédé d’un r ou d’un l, comme meur-tri-er, bou-cli-er. Mais la règle n’est pas sans de nombreuses exceptions, car on dit guer-rier, lau-rier^ fa-mi-lier. ... et sous les pieds guer-riers. Une nuit de poussière, et les chars meur-tri-ers, André Cuénibr. L’Aveugle. Idylles, ii. Oui, mon vers croit pouvoir, sans se mé-sal-li-er. Prendre à la prose un peu de son air fa-mi-lier. Victor Huqo. A André Chénier. Les Contemplations, Livre I, y. Des ours d’or accroupis portent de lourds pi-liers Où pendent les grands arcs, les pieux, les bou-cli-ers, Lecontb de Lislk. Le Runoîa. Poèmes et Poésies. Sanglier, après avoir formé autrefois deux syl- labes, en forme trois aujourd’hui, et hier, le seul mot français avec duel dont la quantité soit abso-